Rumi Matsui, soprano japonaise exceptionnellement douée, c’est ma Callas à moi. Peu après l’avoir découverte, j’avais écrit en avril 2017 le texte suivant :

« Un ami m’a fait récemment découvrir une jeune soprano japonaise exceptionnellement talentueuse, à peine sortie en 2016 du conservatoire de Cergy-Pontoise où elle a suivi l’enseignement de Jean-François Rouchon. Elle s’appelle Rumi Matsui. Gracieuse et élégante, elle est parvenue, au terme d’un apprentissage du piano commencé à l’âge de 6 ans et du chant à 16 ans, par un travail acharné forcément quotidien et s’appuyant sur une volonté et une abnégation assurément peu communes, à une maîtrise parfaite de son art. Elle chante déjà à la perfection, d’une voix sûre, claire et pure, avec une assurance et une prestance impressionnantes.

Dans ce monde où l’horreur terroriste peut faire désespérer de l’homme, Rumi représente ce que la civilisation peut à l’inverse produire de plus beau. Le terrorisme ne pourra être vaincu seulement par la guerre classique. Il faut aussi d’autres armes que les fusils, d’autres munitions que les balles ou les bombes. Il faut aussi, et par-dessus tout, gagner la guerre de l’esprit et de la culture, par des batailles qui célèbrent et encensent les fruits magiques de l’éducation humaniste. Et Rumi est l’un de ces fruits magiques. Je la considère comme une sentinelle de la civilisation, une prêtresse dotée de la vertu enchanteresse de consoler du mal, d’insuffler l’honneur et la joie de vivre ainsi que la résistance au fanatisme. L’entendre vous laisse enchanté, ensorcelé, heureux. Et il faut se convaincre que, par une mystérieuse compensation, chaque air qu’elle chante rachète quelque part un crime barbare commis sur cette terre.

Je rêve de l’avènement d’un monde prochain, où le relativisme moderne aura été vaincu par la renaissance du sens et des valeurs humanistes, où l’excellence sera célébrée, où les jeunes talents comme Rumi seront publiquement soutenus et promus comme exemples de volonté, où le chant lyrique, accessible à tous et animé d’une préoccupation civique, pourra à nouveau exercer, comme dans l’antiquité, cette fonction sacrée et édifiante de célébrer la beauté tragique d’un monde pacifié par les vertus de la démocratie, toujours fragile et à défendre. »

IllustrationAnaisLeBerre

umi Matsui, comme tout artiste digne de cette qualité, recherche la perfection et sa modestie n’a d’égale que son talent. Elle ne souhaite donc pas pour le moment que ses enregistrements soient largement diffusés.

L’accès à la page des vidéos de ses concerts que j’ai réalisées pour elle est donc protégée par un mot de passe…

CONCERTS